2/3/4/ architecture


66 LOGEMENTS + CRÈCHE – 5 343 m2
Architectes : 2/3/4/ architecture
Promoteur : COGÉDIM + VILLE DE MASSY

Parti pris de l’architecte 2/3/4/ architecture

 

« Le maître d’ouvrage, ALTARÉA-COGEDIM a choisi de traiter les espaces extérieurs contenus entre les immeubles avec une grande attention, confiant une mission spécifique de paysage et d’éclairage à David Besson-Girard qui permet d’offrir aux habitants de véritables jardins procurant des vues et des usages de qualité. Pour 2/3/4/ architecture, il paraissait important que le piéton venant de la gare de Massy puisse profiter, ne serait-ce que furtivement, de ce travail de qualité porté sur les jardins extérieurs.

Dès lors, les architectes de 2/3/4/ avons fait le choix de créer une « faille » entre les deux bâtiments constituant l’angle entre les rues Charcot et Alexandra David-Neel permettant d’offrir une vue vers le jardin intérieur.

Elle accompagne l’entrée vers le hall d’accès des logements. Dans les étages, cette faille permet d’éclairer les circulations et ouvre les paliers d’ascenseurs sur la ville.

La faille située à l’angle des 2 rues, point emblématique du projet, est soulignée par un revêtement métallique, déclinaison des palplanches en acier utilisées dans les aménagements extérieurs par David Besson-Girard pour souligner les différences de niveaux.

Remplacé par du CORTEN, ce matériau est également utilisé en soubassement le long de la rue Alexandra David-Neel pour marquer l’assise du bâtiment.

Le creux ménagé à l’angle des rues Charcot et Alexandra David-Neel offre un seuil naturel à l’instar d’une placette exclusivement dévolue à l’accès de l’immeuble.

En continuité directe de cette placette, le hall glisse de plain-pied sous le bâtiment; La sur-hauteur du rez-de-chaussée et la transparence vers le jardin participe à l’agrandissement visuel de ce hall, et lui donne les dimensions correspondant à l’échelle des 66 logements qu’il dessert.

Cherchant à faire profiter le maximum d’appartements d’une vue dégagée sur ce jardin, la forme générale de ce bâtiment est une équerre dont l’intrados est ainsi intégralement exposé au Sud et ouvert sur les jardins intérieurs.

Pour ce qui est des logements, leur premier objectif à consisté a produire des plans d’appartements géométriquement les plus simples, en favorisant des bonnes proportions de pièces à vivre et offrant visuellement un maximum de longues parois qui « étirent » l’espace. De même, toutes les pièces ouvrent sur un balcon, plus ou moins profond, mais assurant toujours une continuité entre l’intérieur et l’extérieur, facteur incontestable d’agrandissement de ces pièces. Qui plus est, cela autorise de systématiser les portes fenêtres, facteur de confort et d’agrément.

Ainsi « filant », les balcons ne doivent pas pour autant pénaliser le bon éclairement des appartements des étages inférieurs. Leur continuité empêchant les décalages en plan, les architectes ont choisi d’en faire varier la profondeur et d’offrir aussi des doubles hauteurs grâce au jeu de quinconces.

Le dessin des garde-corps offre une très grande transparence frontale depuis l’intérieur des appartements, mais ils se transforment rapidement en opacité protectrice dès que l’incidence visuelle s’éloigne de cette frontalité. Le recul relatif des façades par rapport à l’espace public garantit ainsi une très bonne intimité des appartements.

La typologie des garde-corps se décline pour constituer « la peau » extérieure de la crèche sur l’espace public, lui assurant au même titre que les appartements, intimité et transparence, tout en garantissant sa sécurité. »